L'invasion sociale


Les « réseaux sociaux » sont des outils fabuleux. Avec Internet, ils ont révolutionné nos interactions quotidiennes. Ils ont repoussé les limites de l’isolement et de la communication instantanée, que ce soit avec des proches ou avec des millions de personnes situées à l’autre bout de la planète.

Chacun peut partager en un clic, où qu’il soit, sa vision, ses commentaires, ses projets, des photos, des vidéos et tout le contenu qui lui passe par la tête. Le succès a été tel que même les commerces et la politique ont dû s’y mettre. Les réseaux sociaux sont devenus un média incontournable. Des milliards d’utilisateurs l’emploient chaque jour. Au-delà de ça, le constat est également que nous devenons ultra-sollicités à chaque instant, où que nous soyons, quoi que nous fassions. Ces outils formidables ne se sont pas arrêtés à ces qualités de partage. Ils se sont invités, voire incrustés, dans notre quotidien. S’y l’on y fait pas vraiment attention, des notifications ne cessent de surgir à tout moment. Leur petit son significatif nous renseigne immédiatement. Il appelle notre attention tous les jours, de nombreuses fois par jour.

Ne vous sentez-vous pas parfois complètement obnubilé devant cet écran qu'il faut faire défiler ? N’avez-vous pas l’impression d’être un peu trop captivé au point de déséquilibrer l’emploi de votre précieux temps ou de délaisser d’autres aspects plus importants de votre vie ? Voilà un point qui mérite en effet de rester prudent.

Ne pas utiliser du tout ces moyens de contact est le choix de certains pour diverses raisons. Il semble dommage de ne pas s’y ouvrir. Les employer frénétiquement est également un autre extrême qui suggère un instant de réflexion.

Le fait est que nous accordons un temps considérable à ces outils phénoménaux. Nous réagissons bel et bien à la moindre sonnerie au point de vouloir bien souvent réagir tout aussi instantanément. Si vous souhaitez devenir conscient du point auquel ces réseaux sociaux accaparent notre esprit, il y a un moyen très puissant. Décidez de fermer vos divers comptes pendant une durée significative, et vous verrez. :-) Sérieusement ! Essayez ! Personnellement, je l’ai déjà fait à plusieurs reprises, pendant plusieurs mois, et voici l’enseignement tiré :

1 - C’est difficile au début ! :-))

2 - Pour que ce soit aussi difficile au début, cela souligne qu’il existe bien une forme de réelle addiction. Tel un junkie du progrès, notre esprit est devenu ultra-réceptif à ces incessantes sollicitations et ces volontés de partager tout et n’importe quoi au quotidien. Il n’y a qu’en arrêtant pendant un certain moment que l’on en devient conscient.

3 - Au fil du temps, devant cet « ennui » de ne plus pouvoir voir tout ce qui se trame sur les réseaux sociaux, tout ce qui nous a peut-être été envoyé, ou tout ce que l'on peut manquer, nous nous mettons à diriger notre esprit vers d’autres sujets. On retrouve d’autres centres d’intérêt, des nouveaux, des anciens laissés à l’abandon, mais, assurément, nous retrouvons le chemin de notre curiosité, et de nos passions.

4 - On fait d’autres rencontres. On a d’autres discussions. Cela peut même aller très loin. Durant la première fois où je me suis aperçu que je passais bien trop de temps sur les réseaux sociaux, et après avoir fermé tous mes comptes, j’ai fait plusieurs rencontres que je n’aurais certainement pas faites si j’étais resté aussi obnubilé chaque jour. Pour tout vous avouer, cela m’a même permis de rencontrer la personne qui est devenue ma compagne depuis plusieurs années. C’est une femme parfaite pour l’homme que je suis, et je ne l’aurais jamais rencontrée si je ne m’étais pas poussé à reprendre en main cet aspect « social » de ma vie.

5 - En retrouvant le chemin de sa réelle curiosité et de ses réelles passions un peu trop laissées en suspens, on reprend le chemin vers ses passions, et l’on se surprend à observer à quel point nous redéveloppons nos talents, nous retrouvons nos vrais centres d’intérêt, et cela peut fortement affecter positivement notre voie personnelle, comme professionnelle.

6 - Le temps qui était (trop) octroyé se redirige vers ce qui est véritablement important et qui était pris en otage. Que ce soit du temps pour soi, pour sa compagne, pour ses enfants, pour un sport, pour la lecture, pour se promener, ... l'esprit redevient bien plus léger, mieux canalisé, et moins accaparé.

7 - La liste pourrait continuer longuement... et vous découvririez certainement d’autres points.

SI l’on fait le choix de revenir se connecter aux réseaux sociaux (ce que j’ai fait), nous disposons ensuite d’une autre vision. Il devient étonnamment plus aisé de les utiliser avec plus de parcimonie. Ils deviennent bien moins envahissants et chronophages. On s’aperçoit que l’on était tombé dans un certain excès. Celui-ci était inconscient, mais il est devenu conscient. On trouve une voie bien plus équilibrée, celle du juste milieu.

Il devient même probable que, comme moi, vous adapterez alors fortement l’emploi de ces différents outils sociaux. Vous resterez en effet conscient qu’il est aisé de retomber dans le panneau.

L’utilisateur plus conscient sera éventuellement tenté comme je l’ai été de ne plus installer l’appli correspondante sur son smartphone et sa tablette. Il préférera décider lui-même lorsqu’il va se connecter et visualiser le contenu de son fil d’actualités Facebook, Twitter, Google+ ou autre.

Il emploiera donc plutôt son PC pour cela et uniquement lorsqu’il l’aura décidé.

Si l’usage du PC semble plus compliqué dans certains cas, il installera les applis, mais il n’autorisera plus leurs notifications dans le paramétrage de son téléphone ou de sa tablette.

Il se peut même que vous décidiez de passer totalement en revue les groupes, sites, personnalités, et personnes qui alimentent votre fil d’actualité. Vous serez étrangement motivé à faire le tri, et à paramétrer vos applis en conséquence afin de viser un contenu gérable et de qualité, plutôt qu’un immense contenu de tout et de n’importe quoi qui exige un temps considérable pour être examiné.

Ainsi, ici aussi, il devient possible de retrouver la maîtrise de son attention. On ne laisse plus les ultra-sollicitations voulues par ces applis dicter le contenu de ses journées.

Voilà un partage d’expérience qui mérite, je pense, d’être diffusé... sur les réseaux sociaux ! ;-)

Nous autres, humains, sommes des êtres vivants très sociaux. C’est même un besoin quasi vital pour notre bien-être psychologique. La Nature nous rappelle même qu’il s’agit là d’un aspect fondamental de la plupart des espèces sur la planète.

La différence est qu’aucune de ces espèces ne tombe autant dans l’excès que la nôtre. Et c’est bien ce qui se produit également sur ce sujet des fabuleux outils que sont nos réseaux sociaux.

Ceci n’est qu’une simple invitation à vivre une vie plus équilibrée, plus modérée et naturelle. Il est souvent bon de s’accorder parfois une pause, un instant de recul, afin d’être plus conscient de ce qui est pertinent.

Il s’agit là d’un des innombrables thèmes abordés dans le livre présenté sur ce site. Il est porteur de la même invitation à prendre du recul, à redevenir plus conscient au quotidien, et à retrouver la meilleure qualité de vie possible pour accéder à son meilleur potentiel et à une vie pleinement épanouie.

Très humainement,

ATMAN.

Suivez la Communauté...
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • YouTube Social  Icon
Articles Récents
Archives
© C.C. Atman | Voie Nature - Tous droits réservés.