Cultiver la Santé

Évoluer vers toujours plus de clarté d’esprit et de qualité de vie

Comme vu précédemment, il convient, à notre époque en particulier, de faire Le Pas de l’Alimentation et de développer la capacité de Voir la Corruption de l’Alimentation.

Si ces étapes ont bien été personnellement pratiquées en intégralité, se développe alors naturellement un nouveau désir profond de Cultiver la Santé chaque journée.

On se met en effet à comprendre à quel point ce que nous ingérons influence grandement notre clarté d’esprit et notre vitalité. Ce lien de cause à effet doit impérativement être révélé pour que nos choix soient, et restent à présent, toujours plus éclairés sur la durée.

Se Recréer demande que nous puissions accéder à toute l’énergie que le corps et l’esprit vont nécessiter pour ensuite pouvoir plus tard se dédier activement à Transformer sa Destinée.

Le chemin menant à la créativité et à l’épanouissement suit un sens qui part de l’intérieur et qui s’exprime ensuite vers l’extérieur. Il convient donc de ne négliger aucune étape tournée vers tous les aspects intérieurs de notre corps et de notre esprit avant d’espérer tout transformer.

S’alimenter occupe de nombreux instants de nos journées. Il convient alors de réaliser que cet acte détient un pouvoir et un sens bien plus élevé que la simple habitude de manger.

Il est important de voir, chaque jour, à quel point s’alimenter peut contribuer à cultiver une tout autre dimension bien plus libératrice sous nombre d’aspects, et que cela va même bien au-delà.

Chaque repas peut être préparé avec conscience, et viser la pureté naturelle offerte par la Nature. Il développe ainsi les mêmes qualités intérieures que nous cherchons à cultiver.

On se met ainsi à entrer dans un cycle ascendant où la moindre activité prend un sens ; celui d’acquérir le plus haut potentiel de vitalité qui nous est donné, au point de vouloir ensuite l’offrir aux êtres aimés qui partagent notre existence. Une nouvelle vie se crée, et s’étend.

Aide complémentaire au livre « ESPÈCE D’ABRUTIS ou le Réveil de l’Humanité » :

 

Ici, pas de pratique ou de conseil particulier, si ce n’est de conserver le cap déjà engagé au travers des pas précédents évoqués plus haut.

Cette étape invite juste à devenir conscient que les repas de chaque jour offrent la possibilité d’inviter toujours plus de qualité dans l’existence. Ce qui est donc appuyé précisément ici est de rester particulièrement conscient de la beauté de l’acte simple de préparer soi-même son repas à partir d’aliments imprégnés des mêmes qualités que celles que nous visons intérieurement à présent.

Cela se poursuit et s’étend à travers l’acte quotidien d’offrir ce repas de qualité aux êtres qui nous sont chers. Quel autre plus beau cadeau qu’une pleine santé et vitalité pouvons-nous leur offrir aussi régulièrement ?

Il s’agit donc de toujours plus connecter entre eux les différents instants de qualité disponibles au cours de chaque journée, de leur donner un sens plus profond et parfaitement aligné avec ce que l’on souhaite créer. Il est question de toujours plus sortir des actes habituels et inconscients pour les transformer en actes conscients et forts de sens. Nous cultivons la santé en cultivant la qualité quotidiennement.

 

Libre à vous d’étendre le présent exemple de l’alimentation à d’autres moments qui composent votre journée.

Par exemple, si vous avez la chance d’avoir un accès facile à la terre, cette expérience peut être amplifiée en faisant vous-même pousser, dans le même état d’esprit, les plantes qui viendront ensuite vous nourrir, vous et vos proches, de leurs fruits et de leurs légumes qui sont arrivés à maturité dans le respect de leur développement naturel, pour ensuite vous transmettre toute la qualité et la vitalité qu’ils ont acquises.

Plus on entre en contact avec ce qui crée la qualité qui nous nourrit, plus cette qualité s’étend à tout le reste de la vie.

Notre environnement (et ses actes du quotidien) devient un lieu qui se montre inspirant dans tous ses aspects, et dans ses moindres recoins.

Pour ceux et celles qui ont cette chance d’avoir un petit coin de terre dans le but de cultiver quelques fruits ou légumes dont ils se nourriront ensuite, veillez cependant à ne pas commettre les mêmes erreurs que nos ainés. Cette terre vous donne tout ce qu’elle peut, donc pensez à lui rendre tout ce que vous pouvez. Tous les « déchets » ou surplus issus de votre culture ou de votre cuisine végétale, rendez-les à la terre afin qu’elle puisse rester riche.

Faites un rituel de couper en petits morceaux ces restes de feuilles, d’épluchures, de fruits ou de légumes, puis d’aller les saupoudrer au-dessus de votre terre cultivable, au pied de vos plantations en cours de maturation, etc. Il se pourrait bien que, comme moi, vous y trouviez un nouveau petit bonheur insoupçonné par le simple fait de participer au retour à la terre d’une partie de ce qu’elle vous a donné, de voir cela être pris en charge par les bactéries du sol, les insectes, se décomposer, et venir enrichir ce sol qui vous nourrira ainsi encore et encore généreusement, tout en continuant de vous fournir tous les nutriments dont vous avez besoin.

Pour les autres qui n’ont pas cette possibilité, les précédentes parties du livre ou du site qui sont liées à l’alimentation vous ont déjà éclairés sur les meilleurs choix alimentaires à faire afin d’acheter des fruits et des légumes les plus purs et nutritifs possibles.

Cela dit, le fait est que même l’agriculture biologique peut ne pas réussir à fournir toute la densité de nutriments dont la Nature parvenait à nous nourrir il y a soixante ans de cela. Notre mode d’agriculture a profondément détérioré les sols qui se sont appauvris au fil des décennies.

La permaculture, qui se développe de plus en plus, est l’avenir de notre agriculture, celle que chacun(e) doit viser et promouvoir, mais en attendant qu’elle ne (re) prenne la place qu’elle mérite, il peut être utile de compenser cette forte baisse de nutriments dans nos aliments.

Je déconseille personnellement les suppléments alimentaires que l’on trouve en pharmacie ou autres points de vente similaires. Même ceux en magasin bio qui cherchent à compenser nos carences contemporaines en vitamines, minéraux, oligo-éléments, etc, ne sont pas encouragés. Outre leurs procédés de fabrication incertains, c’est aussi leur bio-disponibilité une fois ingérés qui est très aléatoire. Bien souvent, sous cette forme, vous n’assimilerez en fait qu’une infirme partie de ces compléments qui sont de plus très chers.

De ce fait, les meilleurs compléments doivent être cherchés, comme toujours, au plus près de la Nature plutôt que dans des pilules sorties d’un laboratoire. Il existe une liste importante d’aliments qualifiés de « super-aliments » du fait de leur concentration exceptionnelle en certaines vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides gras, antioxydants, etc. Leur densité en ces éléments peut être multipliée par 10, 100, voire 1000 en comparaison aux aliments plus traditionnels et connus.

Le mieux est donc d’apprendre à les connaitre, de les inviter à venir rejoindre nos étagères et à venir composer nos repas.

Parmi les plus connus de ces super-aliments, citons :

  • Les baies de Goji : 18 sortes d’acides aminés en quantités huit fois supérieures à celles trouvées dans le pollen. Elles contiennent les huit acides aminés essentiels, 21 oligo-éléments, plus de bêta-carotène que les carottes., autant de calcium que le lait, plus de protéines que le blé, de nombreuses vitamines dont les formes B1, B2, B6, C et E, et une importante source d’antioxydants, parmi d’autres bienfaits.

  • Le cacao (cru) : la nourriture la plus concentrée en antioxydants de la planète. Source n° 1 de magnésium, le minéral alcalin dont l’humain est le plus déficient aujourd’hui. Contient près de 300 % des recommandations quotidiennes en fer. Excellente source de chromium, de manganèse, de zinc, de cuivre, de vitamine C. Il contient des acides gras essentiels de type oméga-6 qui exigent donc de ne consommer le cacao que sous sa forme crue et non cuite (comme tant d’autres produits). La liste est longue...  Sérotonine, fibres... documentez-vous.

  • Le maca : un tubercule souvent vendu en poudre, et d’une valeur nutritionnelle élevée. Riche en calcium, potassium, en oligo-éléments essentiels (fer, iode, cuivre, manganèse, zinc, ...) ainsi qu’en acides gras, et il contient 19 acides aminés.

  • Le pollen d’abeille : le super-aliment le plus complet trouvé dans la Nature. Il contient de la vitamine B9 et les 22 acides aminés essentiels. C’est une riche source de protéines. Connaissez le sérieux, la vocation et la méthode du producteur, ou bien n’achetez pas ces produits.

  • Le miel : uniquement dans sa version sauvage, crue, bio et non filtrée, le miel est riche en minéraux, antioxydants, en probiotiques, en enzymes. C’est une nourriture aux innombrables bienfaits de guérison qui fournit également une forme très digeste de sucres naturels. Ici aussi, comme pour le pollen, tout produit venant d’un apiculteur qui n’est pas un amoureux de ses abeilles doit être évité.

  • La spiruline : aussi appelée algue bleue-verte, il ne s’agit en fait pas d’une algue, mais d’une cyanobactérie. C’est une des meilleures sources de protéines pures, crues et naturelles, dont elle est constituée à environ... 60 %. Ces protéines sont complètes et contiennent tous les acides aminés essentiels. Excellente source de plusieurs vitamines B, avec des niveaux élevés de minéraux (fer, manganèse, ...), sans oublier aussi tous ses antioxydants (carotène, chlorophylle, ...).

  • Les graines de chanvre : excellente source de protéines (avec les huit acides aminés essentiels), de nombreux minéraux, d’omega-3 et 6, de vitamines B et E, et surtout de l’acide gras essentiel anti-inflammatoire n° 1 : l’acide gamma-linoléique.

  • La noix de coco : en sanscrit, cocotier signifie « l’arbre qui fournit tout ce qui est nécessaire pour vivre ». L’eau de noix de coco jeune fut utilisée en temps de guerre en transfusion et comme substitut au... plasma humain. La noix de coco est riche en potassium, fer, magnésium, phosphore, cuivre et zinc. L’huile de coco a de fortes propriétés antioxydantes et améliore fortement la capacité du corps à utiliser les antioxydants et les omega-3 contenus dans d’autres aliments. À combiner sans hésiter avec le reste de vos menus.

  • Les graines de chia : riches en protéines, en fibres, et en flavonols. Elles sont très riches également en lipides contenant une forte proportion d’oméga-3 bien équilibrée avec les oméga-6. Excellente source de calcium, de phosphore, de manganèse, ... et forte activité antioxydante fournie par ses polyphénols.

  • La liste pourrait continuer longuement : documentez-vous et consultez les auteurs de livres ou de sites experts en la matière...

 

Les possibilités sont infinies. Explorez-les, et intégrez-les dans votre existence.

Si vous ne savez pas trop quoi faire de tous ces « super-aliments » une fois que vous les avez en main, sachez qu’il existe de nombreux sites qui proposent de délicieuses recettes. Mais personnellement, je préfère me transformer en alchimiste tous les matins en me faisant un délicieux smoothie de ma composition fruitée préférée et à laquelle j’ajoute un peu de tous mes « super-aliments » préférés (souvent vendus en poudre).

Mon fournisseur officiel de super-aliments les plus crus et bios possibles est : www.vitame.co.uk

À vous de jouer !

Souvenez-vous que la qualité qui est semée ici et là dans votre vie, et dans vos repas, sera toujours récoltée...

 

 

Qu’avez-vous découvert en cultivant la santé et la qualité qui va de pair ?

© C.C. Atman | Voie Nature - Tous droits réservés.