Voir les Peurs

Mettre à profit la Clarté

Nous y voilà. La clarté tant pratiquée désormais permet de mieux distinguer les différentes pensées qui peuvent nous traverser.

Parmi elles, certaines se déclenchent par un mécanisme de peur, en particulier dans des situations qui n’ont pourtant rien à voir avec l’instinct de survie ou un danger imminent. Ce sont néanmoins bien des pensées chargées d’une peur plus ou moins intense.

Devant la capacité de sentir émerger les pensées et de voir maintenant vers quels comportements elles sont capables de nous mener, il devient plus aisé d’observer celles qui sont innocentes, et celles qui peuvent affecter profondément nos réactions.

À travers ce nouveau talent de distinction, il devient possible de voir les origines de nos actions (ou de notre inaction). Chacun peut progressivement reprendre le pouvoir et ne plus se laisser influencer au point de voir diminuées toute sa parole et son action comme par le passé.

C’est bien cette nouvelle conscience et présence développées au cours de l’étape précédente qui nous permet désormais de reprendre en main notre volonté.

Cependant, cela est plus compliqué qu’il n’y parait tant ce procédé inconscient a fonctionné depuis si longtemps. Il est profondément ancré.

C’est à travers cette nouvelle aptitude de réussir à contempler les mécanismes de sa pensée que, petit à petit, il est possible de mieux voir les effets, et ainsi les dissiper.

Avec le temps et la pratique, il est possible de dissoudre ses pensées dès l’instant où on les sent émerger et commencer à nous affecter. Seulement ainsi, les peurs sont déracinées petit à petit.

Aide complémentaire au livre « ESPÈCE D’ABRUTIS ou le Réveil de l’Humanité » :

 

Ici, pas de meilleure pratique que d’employer les pas précédents évoqués lors de l’étape aidant à Retrouver la Clarté. Il faut juste focaliser à présent cette nouvelle capacité d’attention et d’observation vis-à-vis des pensées chargées d’une peur. Ainsi, le comportement que nous avons adopté en les suivant se révèle toujours plus, et il perd ainsi en intensité, au point de finir progressivement par identifier ces pensées au moment où elles émergent, voire même juste avant, à force de pratique.

Il est néanmoins important d’avoir suffisamment pratiqué les étapes précédentes, afin que se développent la Conscience et la Présence nécessaires. Ce sont les seuls moyens de toujours mieux observer les pensées de peur inconscientes qui viennent s’immiscer dans notre volonté et dans nos actions chaque journée.

 

Plus la Conscience et la Présence sont cultivées, plus il devient aisé d’identifier une pensée de peur parmi les nombreuses autres pensées par lesquelles nous sommes constamment animés.

C’est uniquement à ce stade avancé que l’on parvient rapidement à dissiper toujours plus rapidement les peurs les plus profondes et subtiles au point de finalement s’en libérer suffisamment, et de pouvoir évoluer.

 

Pas de secret. La pratique, la pratique et encore la pratique. La vie est le meilleur terrain de jeu pour expérimenter chaque journée. Les occasions ne manquent pas, en particulier lorsque l’on sort suffisamment de sa zone de confort.

 

 

Quel(s) succès avez-vous eu aujourd’hui dans l’emploi de cette nouvelle faculté d’observation ?

© C.C. Atman | Voie Nature - Tous droits réservés.