Le Pas de la Parole Consciente

S’autoriser un espace de conscience

Avez-vous remarqué comme il est commun de vouloir répondre immédiatement lorsque nous nous retrouvons au cœur d’une discussion ?

D’où vient ce besoin inconscient de répondre instantanément sans véritablement écouter ni faire appel à toutes nos capacités de réflexion ?

Ici aussi, il vient de ce que nous avons appris selon la méthode inculquée lors de notre scolarité qui nous a poussés à répéter ce que l’on sait sans vraiment considérer le sujet.

Ce que nous appelons réponse n’est en fait qu’une réaction pour pallier la véritable réflexion qui est demandée.

Une authentique réponse à une question sur un sujet donné est dénuée de précipitation.

Nous sommes venus à nous précipiter, car c’est ainsi que nous avons été éduqués pendant de très nombreuses années. Il nous a été demandé d’être capable de répondre vite sur des sujets qu’il nous fallait apprendre (souvent par cœur et sans plus de questionnement) afin d’être évalués sur notre capacité purement intellectuelle. Aucune place n’était laissée pour vraiment considérer la question par rapport à notre expérience personnelle, notre sentiment quant à la véracité de ce qui est établi ou les autres possibilités à considérer.

C’est pourquoi la majorité d’entre nous aura tendance à réagir plus qu’à répondre, à répliquer plus qu’à actualiser sa véritable pensée quant au domaine abordé.

Dans cette étape visant à Retrouver la Clarté, le meilleur accompagnement pour transformer cet aspect est déjà présenté dans le livre dont voici l’extrait associé.

Extrait de « ESPÈCE D’ABRUTIS ou le Réveil de l’Humanité » :

*** Exercice suggéré ***

Voici un exercice non cité dans cette partie du livre. Il devrait fortement aider ceux et celles qui ont du mal à octroyer un temps de réflexion, à ralentir le temps de leur réponse, ou à insérer une respiration avant leur réplique afin de développer une parole plus consciente.

Le principe est très simple : durant une certaine durée que vous aurez définie au préalable, vous ne vous autoriserez à prendre la parole que lorsque vous avez une question à poser ou bien lorsqu’on vous pose une question. Vous ne parlerez que dans ces deux cas de figure. Aucun autre.

Effet et prise de conscience garantis !

Cela devrait aider à la fois à mieux vous observer lors de vos prises de parole de chaque journée, mais aussi et surtout à vous permettre de voir la pertinence de vos interventions dans toutes les discussions.

Vous constaterez rapidement la profondeur ou la médiocrité de votre écoute, votre aptitude à vouloir écouter ou à vouloir être écouté en premier lieu, l’utilité ou l’inutilité pour les autres de vos interventions, la simplicité ou la complexité de celles-ci, leur cohérence ou leur incohérence, etc...

Quoi qu’il en soit, au-delà de ces nombreux constats que vous ferez immanquablement, vous développerez assurément une parole bien plus consciente qu’auparavant. Votre qualité d’écoute se développera fortement, vos réponses seront hautement plus pertinentes, plus percutantes, et plus attendues qu’elles ne l’étaient auparavant. C’est alors une tout autre dimension faite de qualité que vous ferez entrer dans votre existence et dans tous vos échanges humains de la journée.

Pour ceux et celles qui souhaitent vraiment enfoncer le clou et intégrer une bonne fois pour toutes cette meilleure qualité de parole, je vous invite à maintenir cet exercice pendant 21 jours consécutifs.

Ce temps minimum est nécessaire à tout changement d’une habitude profondément ancrée, et se l’accorder, c’est la garantie d’une parole consciente qui fera désormais partie de vous au-delà du terme de l’exercice en lui-même.

Il se peut même que vous désiriez que votre parole se soumette encore et toujours à cette saine discipline, afin qu’elle devienne tout à fait naturelle...

Vous êtes-vous confronté à cet exercice ? Que vous a-t-il appris sur vous-même ?

© C.C. Atman | Voie Nature - Tous droits réservés.